Bienvenue au CDDNEP d'AULNAY-SOUS-BOIS

Conseils d'Education
 

(Si vous venez d'acquérir un chiot, tenez compte des conseils donnés dans "l'école du chiot")

 
Ces informations proviennent d'une concaténation d'informations collectées sur différents sites INTERNET.
 
 
LE LANGAGE DU CHIEN
 
Se comprendre est essentiel dans une relation entre le chien et l'homme, pour que s'établisse une entente mutuelle. Pour que le chien ne devienne pas trop amorphe, ou au contraire perturbateur, voire agressif une fois adulte, il faut l' éduquer dès le plus jeune âge. Le chien communique par des attitudes mimiques ou des sons. Ces signes, faciles à identifier, correspondent à son propre langage et ont une signification précise.
  • La queue : Lorsqu'il remue volontiers la queue, votre chien est heureux. Par contre s'il la remue faiblement, juste le bout, et qu'il a une mine abattue, c'est qu'il se sent mal, affectivement ou physiquement (vous le rendez jaloux en caressant un autre chien par exemple !). La chienne en chaleur a une touche spéciale lorsqu'elle dresse sa queue immobile, indiquant qu'elle accepte de conclure !
  • L'aboiement : Lorsqu'il aboie, le chien communique un avertissement. Selon la nature du son, il exprime soit la joie, soit l'alerte prévenant la maison qu'un inconnu pénètre les lieux, soit la crainte ou le doute...
  • Le grognement : Le son et la force du grognement varient selon la race du chien. C'est en quelque sorte le dernier avertissement avant l'attaque. A ce moment-là, il est préférable de ne pas s'approcher du chien !
 

DOMINATION ET SOUMISSION

Les signes exprimant la domination se distinguent par un regard fixe, les poils du dos et du cou hérissés, les babines retroussée... Le chien dominant pose sa patte sur l'adversaire soumis, à la queue basse et aux oreilles plaquées en arrière. Le chien dominé traduit sa défaite en se couchant sur le dos, le cou et les parties génitales offertes à son assaillant vainqueur, qui n'attaquera pas, son ennemi s'étant soumis... Cette attitude de soumission se retrouve envers son maître lorsqu'un chien se sent fautif : il se couche et offre son ventre, laissant entendre qu'il reconnaît sa faute et l'autorité de son maître. Cela peut aussi vouloir dire qu'il veut qu'on lui caresse et qu'on lui gratte le ventre ! LES SENS Pour communiquer entre eux, les chiens utilisent leurs sens : l'odorat, l'ouïe, la vue et le toucher :
  • L'odorat : Ce sens est le plus développé chez le chien. Des substances odorantes ou "phéromones" sont sécrétées dans les urines, les matières fécales et les sécrétions vaginales. Le mâle se soulage sans cesse pour renseigner sur son identité : son sexe, son état physiologique... Lorsqu'elles sont en chaleur, les femelles quant à elles urinent une matière odorante repérable à plusieurs kilomètres à la ronde ! C'est comme ça deux fois par an avec une chienne, ou jusqu'à 20 jets d'urine à l'heure pour les chiens!
  • Les sons : Les grognements, aboiements, jappements, glapissements, gémissements, cris aigus... sont des sons émis par les chiens et ayant un sens précis : menace, avertissement, alerte, faim, soumission, détresse, ennui...
  • La vue : Les signes visuels se traduisent par des postures corporelles, des mimiques : la domination et la soumission s'expriment par des attitudes bien reconnaissables.
  • Le toucher : Ce sens intervient lors de certaines rencontres : chienne acceptant de s'accoupler avec un chien, chiens qui se frôlent la truffe, ceux qui dorment ensemble (cela peut être deux chiens ou un chien et un chat ou un autre animal, tout dépend de sa socialisation : habituer le chiot à vivre avec un autre animal lui fera éprouver le même attachement à cette espèce : c'est le phénomène "d'empreinte"). Des préférences individuelles apparaissent entre les animaux. Une femelle en chaleur peut repousser un mâle pour s'accoupler avec un autre.

 

VOUS ÊTES LE CHEF

Eduquer n'est pas seulement "Assis", "Couché" ou "Au pied". Un enfant qui n'a pas encore appris à lire, peut être très bien éduqué. Eduquer et entraîner sont deux choses totalement différentes. Par l'éducation nous formons un chien pour qu'il n'ait pas de comportements indésirables.
Voilà en quoi consiste cette page: vous donner les bases indispensables pour établir une bonne relation avec votre chien.
 
 
Peut-on éduquer un chien sans l'entraîner ?
Oui, bien sûr, l'éducation n'a rien à voir avec l'entraînement. Vous ne devez pas avoir un chien parfaitement entraîné pour avoir un chien bien éduqué. Vous n'avez pas besoin de faire des concours d'obéissance pour éviter les problèmes comportementaux. Un enfant, vous pouvez tout de même aussi l'éduquer sans lui apprendre à écrire ou à lire? Souvent on voit des chiens qui font de bons résultats en concours mais qui posent tout de même des problèmes de comportement. Souvent, le maître sait très bien comment entraîner son chien, comment lui apprendre des choses, mais pas comment il doit l'éduquer!
 
 
Que faut-il savoir pour éduquer son chien ?
Tout d'abord, il faut comprendre comment fonctionne une meute. Dès l'arrivée de votre chien dans votre maison, instaurez les règles.

Ces règles sont des règles de hiérarchie comme celles qui existent dans une meute de chiens. En tant que chef, vous vous devez de faire respecter ces règles, sinon votre chien ne tardera pas à vouloir prendre votre place. Ou encore, si vous n'assumez pas ce rôle de chef, il se verra obligé de prendre votre place même s'il n'est pas prédestiné à cette tâche. Avec toutes les conséquences désastreuses que cela peut avoir...

  • Le chef de meute, l'alpha, dort où il veut et personne ne peut le déranger. - L'alpha se trouve toujours (presque littéralement) à un niveau supérieur. - L'alpha mange toujours d'abord. Les autres membres de la meute reçoivent les restes, à moins que l'alpha décide de les garder pour lui. - La hiérarchie est le plus souvent établie par le jeu plutôt que par les bagarres. - L'alpha gagne tous les jeux de force et de puissance. - Tous les membres de la meute font place pour un supérieur. - Un chien dominant passe toujours d'abord par un passage étroit.
  • Tous les membres de la meute montrent tous les jours la supériorité de l'alpha.
  • L'alpha prend toutes les décisions dans la meute.
  • Un chien inférieur va toujours vers un supérieur. Un supérieur ne va jamais vers un soumis, à moins que ce soit pour le corriger.
  • Ignorer est le droit du dominant.
  • Le dominant a le droit de donner des privilèges.

Pour mieux comprendre ces règles, il faut savoir comment fonctionne une meute.

Voici, en bref, comment se règle une famille de chien : Tout comme les humains, les chiens sont des êtres sociaux: ils vivent en groupe avec une structure sociale claire. Ce n'est pas parce qu'ils le veulent bien, mais par nécessité. Un chien est complètement dépendant du reste du groupe. En tous cas dans la nature. Prenons l'ancêtre du chien, le loup, comme exemple. Les loups vivent en groupe dont l'importance peut varier fortement. Un groupe de loups est appelé une meute. Les loups vivent en meute parce que c'est le seul moyen pour eux de survivre. Un loup qui est solitaire a peu de chance d'avoir du succès à la chasse; la quantité de proies capturées sera trop petite pour se nourrir suffisamment (il y a bien sûr des exceptions; par exemple, certains loups polaires qui ne vivent que de souris!) et il va mourir de faim. En vivant dans un groupe et en chassant ensemble, la chance d'attraper une (grande) proie est bien plus importante. De cette manière il survit. Nos chiens domestiques ne diffèrent en rien de cette structure: ils vivent en meute pour survivre.

Pour comprendre le langage des chiens et sa raison d'être, il faut savoir comment est structuré une meute.
Chaque membre de la meute a une place fixe ou un rang fixe. Ces rangs peuvent être comparés aux niveaux dans une société ou, encore mieux, dans l'armée. Seulement, chez les humains, il est très possible que plusieurs membres aient le même rang. Chez les chiens ce n'est pas le cas; aucun chien ne se trouve au même niveau. Une meute de chiens est toujours menée par un chef de meute. Souvent c'est le mâle le plus fort côté physique mais aussi mental. Le mental vaut souvent plus lourd que le physique. Il est donc bien possible que ce ne soit pas le mâle qui est physiquement le plus fort qui est chef. Ce sera alors un chien qui mentalement est très, très fort. A la seconde place nous retrouvons normalement la femelle du chef, la femelle alpha. Cette femelle est la seule dans une meute sauvage qui pourra avoir des petits. Souvent il apparaît que c'est la femelle alpha qui est le réel chef de meute. Cela vient du fait que le mâle alpha lui donne beaucoup de privilèges. Il est également très tolérant envers elle. Cela ne veut pas dire que la femelle alpha prend des décisions: le mâle occupe toujours la première place. Le reste des rangs est occupé par les autres chiens. Ces rangs sont également dépendant des capacités physiques et mentales des membres. Le rang le plus bas est occupé par l'oméga... un rôle peu plaisant! Chaque chien a une fonction bien définie pour son rang. Et l'oméga a la tâche de... subir les frustrations et stress de ses supérieurs! Tous les membres de la meute calment leurs frustrations sur un membre inférieur et en finale c'est l'oméga qui reçoit, étant en bas de l'échelle, tout sur sa tête. Cela a son importance car cela permet aux supérieurs de mettre de côté leur stress et de se concentrer à des choses plus importantes comme la chasse. Et l'oméga en profite puisqu'il y aura toujours à manger pour la meute, lui inclus. Une fois que les rangs ont été établis dans une meute, ils ne changent normalement pas. Il est rare qu'il ait des changements. C'est seulement à l'arrivée d'un nouveau membre ou lorsqu'un supérieur "fonctionne" mal que le rang doit être (re)déterminé.

Dans une meute de chiens, nous retrouvons non seulement différents rangs mais aussi différentes sortes de chiens. Ce sont d'un côté les alphas et de l'autre côté les bêtas. La quantité de bêtas ou d'alphas dans une meute est fortement dépendante de la race. Dans certaines races nous retrouvons surtout des dominants, dans d'autres il y a majoritairement des soumis. Les chiens alpha sont des leaders potentiels. Ils ont les capacités de mener une meute. Ce sont alors des chiens très dominants. Ils vont user de chaque moment pour monter sur l'échelle sociale pour essayer de prendre la place du chef. Dans des groupes de races comme les chiens polaires, les Terriers ou les bergers, nous retrouvons le plus souvent des alphas.

Nous ne retrouverons pas des chiens bêtas dans les rangs supérieurs d'une meute. Ces chiens sont loin d'être dominants et aiment leur rôle de soumis. Souvent, on voit ces chiens chez les Retrievers ou les chiens de compagnie.

Dans une famille d'humains, le chien doit avoir le rôle de bêta. La structure d'une famille de chiens et d'humains est presque identique, d'où l'harmonie parfaite entre les deux espèces. Souvent, le chien n'a pas le rôle de soumis. Parfois même tout le contraire! Ceci est possible lorsque le maître ne se montre pas leader.

Par nature, un chien a besoin d'autorité. Si le maître ne se comporte pas comme alpha, le chien se voit obligé de prendre cette tâche sur lui. Si le chien est bêta, très vite des problèmes vont se créer. Un chien bêta n'est pas fait pour être chef. Cette incapacité lui fait prendre de mauvaises décisions: le chien peut par exemple protéger son territoire de manière fanatique, à un point tel qu'il ne laisse même plus entrer son maître.

Les bêtas sont alors souvent décrit comme "faux" parce qu'ils montrent d'un moment à l'autre un comportement indésirable et même de l'agressivité. Les problèmes avec des chiens bêta, qui obtiennent le rôle de chef de meute sans le vouloir, sont faciles à résoudre en répartissant les rôles de la bonne manière.

Les chiens alpha ont besoin d'un leadership clair de la part de leur famille d'humains: le maître ne peut pas faire la moindre faute ou le chien verra sa chance pour monter de rang. Avec ces chiens vous devez toujours être sur vos gardes; ils aimeraient bien avoir votre position!

Montrer qu'on est le chef, et non le chien, sans utiliser de la force physique s'appelle la domination passive. Mais avant d'en arriver là, il faut savoir comment les chiens montrent leur rang.
 

Déterminer la hiérarchie.

Intégrer un chien dans votre famille signifie que vous créez une meute. Dans cette meute, les rangs de chaque membre devront être établis : la hiérarchie devra être établie.

Il y a deux manières de faire :
  • la méthode physique. C'est la méthode classique où les humains montrent au chien par la force physique qu'ils sont le chef. Avec cette méthode on tient peu compte de la hiérarchie entre le chien et les autres animaux. Souvent, l'homme est plus faible que le chien, de ce fait celui ci prendra très vite la position de leader. Il prend alors des décisions qui sont inacceptables, dans notre société, mais qui sont tout à fait normales pour lui. Cette manière de montrer qu'on est le chef peut, avec un chien qui a obtenu le rôle de leader, être très dangereuse: Un chien dominant n'acceptera pas qu'un soumis, vous!, le corrige physiquement! De plus, dans une meute, un chien ne "force" pas sa position en se jetant sur un congénère. Un chien se soumet parce qu'il le veut bien, parce qu'il reconnaît la position supérieure de l'autre...
  • une autre manière est la domination passive: c'est la méthode mentale.

Nous utilisons alors le langage des chiens. Ce que les chiens font comprendre par leur langage c'est "je suis supérieur ou inférieur par rapport à toi". Si nous déterminons le rang de chaque membre par rapport aux autres membres de la meute, une structure hiérarchique solide se créé. Certaines manières de faire montrent clairement qui est dominé et dominant.

Voilà, nous en sommes revenus aux règles de la meute.

Par le biais de leur langage, les chiens déterminent leurs relations dans la meute. Celui qui prend un chien devra lui faire comprendre quelle est sa place dans la famille. Vous pouvez le faire très simplement en appliquant des règles. Nous allons voir, une par une, quelles sont ces règles et comment il faut les appliquer.

Le chef de meute, l'alpha, dort où il veut et personne ne peut le déranger. Un supérieur décide de chercher une place pour dormir. Cette place sera toujours respectée par tous les soumis. Un soumis ose s'approcher d'un supérieur qui se repose? Le supérieur va d'abord grogner pour faire comprendre que le soumis ferait mieux de ne pas s'approcher. S'il s'approche tout de même, il y a de grandes chances que le supérieur n'en reste pas là.

Un supérieur a toujours le droit de prendre des places qui sont interdite d'accès aux autres chiens.

A faire :
  • Le chien ne peut pas dormir dans votre lit. Ce n'est que si les rangs sont bien établis vous pourrez envisager de lui donner ce privilège mais vous l'éviterez de toute façon avec un chien alpha. 
  • Votre chambre à coucher devrait être interdite à votre chien.
  • Vous pouvez interdire l'accès à certaines pièces à votre chien. De cette façon vous montrez clairement que vous êtes supérieur. - Si votre chien est couché dans un canapé que vous aimeriez occuper, si votre chien ne bouge pas vous vous asseyez tout de même. Quitte à s'asseoir (doucement) sur lui... il va très vite bouger! S'il ne bouge pas, vous recommencez mais de façon un peu plus rude. Attention tout de même si votre chien occupe déjà le rôle de chef; il pourrait très bien grogner. Dans ce cas, appliquez d'abord les autres règles et soyez sûr que vous êtes supérieur. - Asseyez-vous régulièrement dans le panier ou sur le coussin de votre chien; un alpha a le droit d'aller partout!
A ne pas faire :
  • N'acceptez pas que votre chien essaye de prendre votre place. Ce sont surtout les petits chiens essayent de grimper sur les genoux de leur maître. Acceptez cela seulement après avoir donné un ordre.
  • N'acceptez pas que votre chien refuse l'accès à certains endroits à des humains.
  • Si vous avez plusieurs chiens, ne privilégiez pas un chien qui est soumis vis-à-vis des autres chiens.

L'alpha se trouve toujours (presque littéralement) à un niveau supérieur. Dans une meute de chiens on voit souvent le chef se coucher à un endroit plus élevé que les autres. C'est comme s'il voulait un aperçu de tout le groupe. L'alpha montre sa supériorité de cette manière. Nos chiens domestiques aiment aussi se mettre en hauteur. Ils utilisent nos meubles à cet effet.

A faire : 
  • Si votre chien veut s'asseoir près de vous en hauteur, ne l'acceptez pas sans en avoir donné l'autorisation.
  • Si vous êtes assis sur un escalier, faites en sorte de toujours être plus haut que le chien. 
A ne pas faire : 
  • N'acceptez pas que votre chien grimpe sur vos genoux sans votre autorisation. Sûrement pas si de plus il adopte une attitude supérieure (position des oreilles et de la queue). 
  • Ne soulevez pas un chien avec une attitude supérieure en présence d'un autre chien ou d'une personne. Vous lui donnez alors une position supérieure et l'autre chien pourrait le corriger. L'autre n'acceptera pas qu'un soumis (votre chien) reçoive soudainement un rang plus élevé que lui. 
  • N'acceptez pas que votre chien adopte une attitude supérieure en votre présence, par exemple en le laissant chasser les passants. De cette manière il indique clairement sa supériorité, non seulement envers vous mais envers votre famille également.

L'alpha mange toujours d'abord. Les autres membres de la meute reçoivent les restes, à moins que l'alpha décide de les garder pour lui. Lorsqu'une meute a attrapé une grande proie, elle n'est pas divisée de manière démocratique. L'alpha mange toujours d'abord, parfois la femelle alpha peut le joindre. Le reste de la meute devra attendre jusqu'à ce que l'alpha ait fini. L'alpha décide quand les autres membres peuvent manger. Il peut également décider qu'ils ne reçoivent pas ce qui reste. Dans ce cas là il abandonne la proie et s'en éloigne. Il défie les chiens inférieurs à voler la nourriture. Si un soumis s'y risque, le supérieur va grogner, le corriger et retirer la nourriture devant son nez. De cette manière il fait valoir sa supériorité. Chez nos chiens domestiques nous retrouvons souvent des exemplaires qui défient leur maître... Pensez à la « baballe » que vous lui lancez, qu'il vous rapporte mais qu'il dépose juste un peu hors de votre portée. Il vous défie de manière jouette à la prendre. Au moment où vous voulez la prendre, il la reprend en toute vitesse. Il ne joue pas avec vous; il vous dit clairement qui est le chef !

A faire : 
  • Préparez la nourriture de votre chien et mettez sa gamelle hors de sa portée. Puis vous mangez. Seulement lorsque toute la famille a fini le repas, vous donnez la gamelle à votre chien. Vous pouvez pousser le bouchon plus loin en lui donnant un ordre avant de le laisser manger. Par exemple, mon Dobermann doit d'abord s'asseoir puis attendre mon ordre "Mange" avant de commencer son repas. 
  • Déposez un jouet près de votre chien. Lorsqu'il veut prendre le jouet, vous le prenez à toute vitesse. Répétez cela plusieurs fois. Très vite, votre chien ne va plus essayer de le prendre. C'est le moment où votre chien accepte votre position supérieure.
  • Préparez la nourriture de votre chien et mettez sa gamelle hors de sa portée. Puis vous mangez. Seulement lorsque toute la famille a fini le repas, vous donnez la gamelle à votre chien. Vous pouvez pousser le bouchon plus loin en lui donnant un ordre avant de le laisser manger. Par exemple, mon Dobermann doit d'abord s'asseoir puis attendre mon ordre "Mange" avant de commencer son repas. - Déposez un jouet près de votre chien. Lorsqu'il veut prendre le jouet, vous le prenez à toute vitesse. Répétez cela plusieurs fois. Très vite, votre chien ne va plus essayer de le prendre. C'est le moment où votre chien accepte votre position supérieure.

A ne pas faire :

  • Ne donnez rien à votre chien lorsque vous êtes à table car vous lui donnez le même rang que les autres membres de la famille. Cela vaut non seulement pour vos repas principaux mais aussi pour vos desserts, vos préparations dans la cuisine ou vos grignotages devant la télé. Bref, ne donnez jamais rien à votre chien de ce que vous êtes en train de manger!
 
La hiérarchie est le plus souvent établie par le jeu plutôt que par les bagarres. Pendant les jeux, un chien peut établir ou confirmer les rangs. Le jeu est pour les jeunes chiens une manière de vivre en groupe, de découvrir quel rang ils auront dans la meute. Nos chiens ne vivent plus selon les dures lois de la nature. C'est pour ça que leur comportement joueur reste jusqu'à un âge avancé. La seule raison pour laquelle un chien vit en groupe est parce que c'est la seule manière d'avoir plus de chances d'obtenir de la nourriture. S'ils devaient constamment se bagarrer pour déterminer ou confirmer les rangs dans la meute, il y aurait souvent des blessés. Un animal blessé ne fonctionne pas correctement pendant la chasse.
 
Nous voyons d'ailleurs que nos chiens jouent plus que se battre pour éclaircir le rang: leur vie dépend des autres membres de la meute. Lorsque deux chiens inconnus de croisent, parfois ils "se rentrent dedans". Comme ils ne font pas partie de la même meute, il ne s'agit pas d'établir le rang mais il s'agit de protection du territoire. Le territoire est le domaine de la meute. Ce terrain peut s'étendre sur plusieurs kilomètres et est divisé en trois "secteurs". Dans le secteur extérieur, la meute fera comprendre aux intrus qu'ils ne sont pas bienvenus. Si un intrus arrive à atteindre le cercle autour du centre du territoire, la meute l'attaquera. Lors de cette attaque l'intrus reçoit la chance de s'enfuir. Le centre est le coeur du territoire. Les chiots s'y trouvent et la meute s'y repose. Cet endroit est défendu sur la vie et la mort. Lorsque nous voyons de quelle façon les humains vivent, très près les uns des autres, il n'est pas anormal que les chiens aient tant de conflits territoriaux. Un chien n'a pas assez avec son petit jardin. Son territoire s'étend bien plus que ça. Le jardin forme le centre du territoire, le reste se situe à l'extérieur. Cela signifie donc que les territoires des chiens dans notre monde s'interposent. Lors de promenades en laisse il est question de territoire. C'est un territoire qui se déplace et le chien le considère comme le coeur. Ce n'est donc pas étonnant que deux chiens s'attaquent lorsqu'ils se croisent: le centre du territoire est défendu fanatiquement.

A faire :

  • Contrôlez les séances de jeu. C'est vous qui décidez comment se déroule tout. 
  • Lorsque vous jouez avec votre chien, vous devez réaliser qu'il est toujours en train d'essayer d'obtenir un rang supérieur. Tenez toujours compte de ce fait. Si vous avez l'impression que votre chien essaye de vous dominer, arrêtez de suite de jouer et ignorez le complètement pendant un petit moment.

A ne pas faire :

  • Ne donnez pas l'occasion à votre chien de dominer un jeu de rapport d'objet ou un jeu de puissance avec une corde par exemple. 
  • Votre chien ne peut pas décider quand et comment le jeu doit se dérouler. Cette décision n'appartient qu'à vous.

L'alpha gagne tous les jeux de force et de puissance.

Lors de jeux entre chiens nous voyons souvent que le dominant a une attitude supérieure au dominé. Ce dominant décide quand le jeu est fini. Le jeu se finira aussi en faveur du dominant.

A faire?

  • Faites en sorte de toujours gagner au dernier jeu avec votre chien. Il est bien possible de laisser gagner votre chien mais la majorité des jeux doit être gagnée par vous. Selon la différence de rang entre vous et votre chien, vous pouvez le laisser gagner plus ou moins souvent. Ne laissez jamais gagner un jeu par un chien dominant. Un chien plus soumis peut parfois avoir le sentiment d'être le gagnant.

A ne pas faire :

  • Le dernier jeu ne peut jamais être gagné pas votre chien. 
  • Ne laissez jamais finir une séance de rapport d'objet en jetant l'objet. Le chien ira chercher celui-ci et sera finalement le gagnant du jeu. Mieux vaut prendre l'objet et terminer le jeu en mettant l'objet de côté. Un jeu de puissance ne peut pas se terminer en lâchant l'objet en faveur de votre chien. L'objet doit rester en votre possession. Ici encore, vous mettez fin au jeu en rangeant l'objet.

Tous les membres de la meute font place pour un supérieur.

Si un supérieur va quelque part, les soumis se mettront toujours en dehors de son chemin. Un supérieur va toujours directement, sans détours, vers le point qu'il veut atteindre. Aucun autre chien ne lui bouchera le passage. Ce sont uniquement les dominés qui feront de la place pour les dominants.

A faire : 

  • Votre chien se trouve sur votre chemin (couché ou non)? Continuez votre route dans la direction souhaitée. Poussez votre pied légèrement contre le chien et poussez le doucement hors de votre chemin. Après un temps (quand vous aurez monté de rang), votre chien bougera de lui-même pour vous. Il le fera par respect et non par peur.

A ne pas faire :

  • Si votre chien vient vers vous et semble vouloir vous bousculer, ne bougez pas pour lui. - Ne faites jamais un tour autour de lui lorsque vous voulez le dépasser. Ne marchez pas au-dessus de lui, même s'il dort paisiblement.
 
Un chien dominant passe toujours le premier par un passage étroit.
 
Un passage étroit peut être une porte, un portail mais aussi une allée entre deux maisons, l'espace entre deux voitures garées ou un chemin étroit dans le bois.
Dans une meute de chiens courants on voit le mieux toute la valeur de cette règle. Lorsque ces chiens sont sortis de leur chenil, c'est l'alpha qui sort en premier. Nos chiens courent souvent devant nous quand nous les sortons. Ils le font pour démontrer ainsi que leur rang est supérieur à celui du maître.

A faire :

  • Ouvrez légèrement une porte. Si votre chien veut passer, vous fermez la porte. Faites attention; le nez du chien ne peut pas se coincer dans la porte! Vous répéterez jusqu'à ce que le chien ne montre plus l'intention de vouloir passer d'abord. Vous passerez la porte et laissez suivre le chien.
  • Parfois un chien veut passer d'abord par un passage étroit qui ne peut pas être ouvert ou fermé par une porte. Mettez-lui une laisse de 4 ou 5 mètres. Marchez en direction du passage étroit. Lorsque le chien veut vous dépasser, vous retournez et marchez dans la direction opposée au passage. Si votre chien ne vous suit pas tout de suite, il aura un léger coup de la laisse puisque celle ci se tendra (vous ne faites rien, vous continuez votre chemin). Il viendra très vite vers vous. Répétez ceci jusqu'à ce que le chien ne montre plus l'intention de vous dépasser au passage étroit.

A ne pas faire :

  • N'essayez jamais de retenir physiquement un chien qui veut passer le premier. Vouloir, ici, imposer physiquement son autorité, n'a absolument aucun sens. Si vous essayez d'arrêter un chien de cette façon, vous allez remarquer qu'il tentera d'être de plus en plus rapide pour vous dépasser. De cette façon le chien essaye d'éviter que vous le reteniez. 
  • Votre chien ne peut jamais tirer en laisse lors de vos promenades.

Tous les membres de la meute montrent tous les jours la supériorité de l'alpha.

Tous les chiens confirment chaque jour les rangs appliqués dans la meute en suivant les règles. La plus grande partie de l'attention va vers le chef de meute. Tous les chiens honorent l'alpha. Par exemple, lors des salutations, d'abord le plus haut en rang commence puis les chiens inférieurs jusqu'à l'oméga. Tout se joue toujours de haut en bas. Les dominés montrent toujours du respect pour les dominants.

A faire : 
  • Respectez tous les jours les règles de la meute. 
  • Respectez toujours les rangs. 
  • Soyez respectueux envers les dominants (pour les parents ce sont les enfants).
  • Faites en sorte d'être toujours le premier, que ce soit pour manger, passer une porte,... 
  • Saluer toujours le plus haut en rang, puis le suivant. Ceci veut dire que le chien est toujours salué en dernier.
A ne pas faire :
  • Il n'est absolument pas bon de ne pas respecter la hiérarchie. Selon les règles de la meute un dominant ne peut pas tolérer qu'un dominé passe d'abord. Cela crée donc une situation compliquée si vous saluer d'abord le chien puis le reste de la famille. 
  • Il n'est absolument pas bon de ne pas respecter la hiérarchie. Selon les règles de la meute un dominant ne peut pas tolérer qu'un dominé passe d'abord. Cela crée donc une situation compliquée si vous saluer d'abord le chien puis le reste de la famille.

L'alpha prend toutes les décisions dans la meute.

Le chef de meute décide tout dans la meute: quand ils mangent, chassent, dorment, jouent, etc. Aucun autre chien dans la meute ne peut prendre une décision qui est contre celle du chef.

A faire : 

  • En tant que chef vous décidez tout dans votre famille de chiens et d'humains. Vous décidez quand votre chien peut promener, manger, jouer et dormir.

A ne pas faire :

  • Votre chien ne peut pas prendre des décisions; ne le laissez pas faire. Ne réagissez pas à ses exigences (mendier) pour jouer ou se promener. Vous seul décidez quand et si vous allez faire quelque chose avec lui.

Un chien inférieur va toujours vers un supérieur. Un supérieur ne va jamais vers un soumis, à moins que ce soit pour le corriger.

Un dominé va toujours vers un dominant et adopte une attitude basse (tête baissée, oreilles C'est Ce qu'on appelle la soumission active. On parle de soumission active lorsqu'un dominé s'approche d'un dominant et lui lèche les coins de la bouche. C'est un acte social qu'ils ont hérité de leurs ancêtres. Le dominé confirme de cette façon le rang du dominant. On parle de soumission passive lorsque l'initiative vient du dominant. S'il s'approche du dominé, ce dernier réagira de suite par une attitude basse. S'il ne le fait pas, il sera corrigé par le dominant. Un dominant ne va donc jamais vers un dominé, sauf si c'est pour le corriger. Le dominant aura alors une attitude dominante (oreilles droites, queue droite). C'est ce qu'on appelle la domination active.

A faire : 
  • Laissez venir le chien vers vous. 
  • Jouez souvent à des jeux de poursuite, le chien devant vous pourchasser.
  • Allez seulement vers votre chien si c'est pour le corriger.
  • Quand vous rentrez à la maison, votre chien vous attend le plus souvent derrière la porte pour vous saluer. Ignorez le totalement jusqu'à ce qu'il ne saute plus sur vous. Faites comme s'il était de l'air. Ce n'est qu'une fois qu'il sera calmé que vous l'appellerez à vous et que vous pourrez le câliner tant que vous voulez. Le résultat est visible après quelques jours: votre chien est plus calme et ne sautera plus sur vous.
A ne pas faire : 
  • N'allez jamais vers votre chien. Si vous allez vers votre chien, vous vous abaissez par rapport à lui.

 

Ignorer est le droit du dominant.

Un dominant ignorera le plus souvent un dominé qui passe. Un dominé par contre n'ignorera jamais un dominant. Il serait corrigé de suite. En général un chef de meute ignorera les dominés du groupe. Ce n'est pas sa tâche de veiller sur la totalité du groupe. Chaque membre de la meute doit tenir l'alpha à l'oeil. De cette façon le groupe reste ensemble: là où va le chef, la meute suit.

A faire :

  • Ignorez régulièrement votre chien lorsque vous passez auprès de lui. De cette façon vous montrez clairement que vous êtes supérieur.
  • Si votre chien vous demande des câlins ou saute sur vous, la meilleure chose à faire est de l'ignorer. Ignorer est une vraie punition pour un chien car un chien préfère l'attention négative à aucune attention. Si vous punissez votre chien verbalement parce qu'il vous saute dessus, vous lui donnez ce qu'il veut: de l'attention. Ne le faites donc pas, c'est exactement ce qu'il veut!
A ne pas faire : 
  • N'acceptez pas que votre chien vous ignore. Exigez son attention ou motivez-le de façon qu'il s'intéresse à nouveau à vous. Le dominant a le droit de donner des privilèges.

Un dominant donne parfois des privilèges à un dominé direct. Ce dominé peut alors à son tour distribuer des privilèges au chien qui se trouve juste en dessous de lui. Un chien ne va jamais distribuer plus de privilèges que ceux qu'il a reçus lui-même. Cela signifie que le dernier du rang a le moins de privilèges de tous. Des privilèges donnés peuvent être retirés. Quelqu'un ou un chien qui ne se comporte pas de manière exemplaire, peut très vite perdre ses privilèges.

A faire :
  • Une fois que vous avez établi la hiérarchie à l'aide des règles expliquées sur cette page, vous pouvez donner quelques privilèges à votre chien. Vous pouvez être moins sévère pour certaines règles.
  • Donnez des privilèges n'est pas une obligation!

A ne pas faire :

  • Ne donnez jamais des privilèges à un chien qui ne connaît pas sa place; il en abusera très vite Maintenant que vous savez comment déterminer les rangs, voyons brièvement comment un chien voit la situation si vous êtes inconséquent.

Les chiens sont des prédateurs; pour cette raison la nourriture est pour eux de la plus grande importance. Non seulement pour rester en vie, mais aussi comme moyen de maintenir la structure sociale. Lorsqu'une famille mange, les instincts du chien lui disent d'attendre les restes, même s'il a faim. Par contre s'il mange en premier, ses instincts lui disent qu'il a le droit de manger les "restes", c'est-à-dire le dîner de la famille!

Souvent, lorsque nous montons les escaliers, le chien fonce devant nous pour nous attendre en haut. Nous trouvons cela normal et de plus nous regardons pour voir où nous marchons.

Entre loups et chiens, le soumis s'approche respectueusement du supérieur. Le soumis tient sa tête basse, dans la direction du supérieur mais en évitant le contact des yeux... Pouvez-vous imaginer maintenant comment cela est interprété par votre chien?

Les ouvertures de porte sont des emplacements stratégiques pour les chiens. Une porte signifie l'accès au noyau de la meute, de plus c'est un passage étroit. Souvent, le maître doit pousser le chien pour pouvoir passer. Le chien se couche par terre à l'entrée de la cuisine et lorsqu'on lui dit de bouger, ça seule réaction est de ronchonner et de s'étirer. Et lorsque le chien dort quelque part, le maître passe doucement au-dessus de lui pour ne pas le déranger. Lorsque l'alpha se repose, tous les autres membres font en sorte qu'il ne soit pas dérangé. A un passage étroit, tous les autres se tiennent à l'écart pour que l'alpha puisse passer en premier...

Nous aimons les marques d'affection de notre chien lorsque, assis dans notre canapé, notre bras est remonté par le nez de notre chien. Nous interprétons cela de la mauvaise façon: le chien a décidé qui fallait le caresser, quand et pour combien de temps. Si vous aviez pris l'initiative, ce n'aurait pas été étonnant que votre chien vous regarde d'un air indifférent, qu'il s'étire ou ronchonne sans bouger de sa place...

Lorsque nous promouvons notre chien vers ce rang supérieur, nous ne pouvons pas être étonnés qu'il agisse comme son rôle l'exige: tirer en laisse, hyper protection du territoire, fugues.

Les chiens qui posent problème ne sont pas forcément mauvais, désobéissant ou agressif: ils ne font que ce que leur rôle de dominant exige d'eux!
 
 

UN CHIEN PARLE AUX ENFANTS

1) Ne viens pas près de moi sans demander l'autorisation de mon maître. Si le maître accepte que tu t'approches de moi, ne me touches pas. Montres le dos de ta main fermée. Parle-moi doucement et calmement. Si j'ai l'air intéressé, tu peux me caresser derrière la tête et sur le dos en me parlant doucement. Un chien peut avoir gardé des souvenirs désagréables de ses contacts avec des enfants : des cris, des pincements, des cailloux reçus, des baguettes brandies au-dessus de lui...
 
2) Ne me touche pas quand je suis attaché (par exemple devant un magasin). Je ne peux pas entrer dans certains magasins, alors mon maître m'attache dehors, à l'endroit prescrit. Je suis triste et malheureux car mon maître s'est éloigné ; beaucoup de monde passe devant moi... On a envie de me consoler... Mon maître n'est pas là pour lui demander si tu peux me caresser, alors ne me touche pas ! Mais tu peux me parler d'une voix douce en restant à distance. Mon maître a peut-être déposé un paquet ou un panier près de moi... je vais le garder. Si tu approches tu risques d'être mordu.
 
3) Ne me touche pas si je me suis réfugié sous un meuble. Tu voudrais me tirer de là. Ne passes pas ta main sous le meuble, si je suis là c'est que j'ai envie d'être tranquille et je peux être fâché si tu me déranges. Si tu tiens à ce que je sorte de là, appelle-moi avec une friandise. Peut-être, alors, accepterais-je de venir. Mais ne m'oblige pas.
 
4) Aucun chien ne ressemble à un autre ! Tu connais un labrador doré très gentil. Tu en rencontre un autre qui lui ressemble : il a aussi de beaux yeux noirs, un beau pelage doré. Celui-là n'est peut-être pas aussi gentil. Tu t'approches pour le caresser comme tu caresses l'autre... il grogne. Pourquoi? Il te dit, à sa façon, de ne pas approcher. Si tu n'en tiens pas compte, il te mord. Alors le chien est puni. C'est injuste car il a averti qu'il ne fallait pas approcher. L'homme qui ne connaît pas bien les chiens le punit, au pire l'abandonne car il le considère comme dangereux. Qui est fautif? Ce sont les parents qui n'ont pas appris à l'enfant le langage du chien. Tu te trouves devant un chien qui grogne. Si tu te sauves le chien te poursuit, il peut te renverser ou te mordre. Deviens comme une statue. Ne bouges pas. Ne cries pas. Le chien va se désintéresser. Tu peux essayer de reculer lentement. Si le chien réagit, ne bouge plus. Il ne faut jamais s'enfuir en courant devant un chien, même en vélo (le chien court plus vite). Un chien court naturellement derrière un enfant qui court. C'est parfois pour jouer. Mais courir excite le chien. Grimper sur une chaise ne sert à rien.

5) Ne t'approches pas de moi en courant. Un monsieur se promène avec son chien en laisse dans la rue. Tu arrives en courant. Que risque-t-il d'arriver ? Si tu dépasses en courant, le chien, qui aime courir derrière ce qui fuit, s'élance vers toi, tend la laisse brusquement. Si le monsieur est distrait, il peut tomber, lâcher la laisse... Le chien peut te mordre ou s'enfuir s'il n'est pas très bien éduqué. Si tu vois un promeneur avec un chien, ralentis le pas, marche normalement. Tu peux te remettre à courir quand tu es éloigné de plusieurs mètres.

6) Ne m'excite pas par des cris violents et des gestes désordonnés. Nous les chiens, nous avons l'ouïe beaucoup plus développée que l'homme. Les cris nous font mal aux oreilles. Je voudrais m'enfuir. Si je ne sais pas m'éloigner je peux sauter sur toi pour te faire taire, pour que cessent ces bruits violents. Pas parce que je suis méchant mais parce que ça me fait mal.
Quand je suis derrière la grille ou la clôture, j'aime courir et aboyer. Ne t'arrêtes pas devant moi en faisant le clown et en essayant de m'imiter. J'aboierai de plus en plus, je vais m'énerver sur ce personnage qui menace mon territoire en s'agitant devant moi. C'est comme cela que je risque de détester les enfants.
Il en va de même si je suis enfermé dans la voiture de mon maître. Parfois certains enfants me regardent derrière la vitre et frappent sur la voiture. Je vais aboyer, m'agiter. Je serai de plus en plus méfiant à l'égard des personnes qui frôlent la voiture. C'est comme cela qu'on rend un chien agressif. Et je risque, sans le vouloir, d'abîmer la voiture de mon maître qui me punira au retour. Pourtant, qui mérite la punition ?

7) Ne me réveille jamais brusquement quand je dors . Si l'on m'arrache brusquement de mon sommeil et que je vois quelque chose près de moi, instinctivement je me crois menacé car je n'ai pas eu le temps de me réajuster à la vie domestique, et je risque de mordre. Qui est responsable ? Les parents s'ils n'ont pas éduqué leur enfant ou l'enfant qui n'obéit pas aux conseils donnés. Il faut me réveiller en m'appelant par mon nom.

8) Ne me regarde pas droit dans les yeux. Je descends du loup et j'ai des instincts qui viennent de la nuit des temps. Dans une meute il faut un chef. Celui-ci est reconnu par les autres : c'est lui qui mange le meilleur morceau, qui conduit la meute, etc. Un autre loup veut prendre la place. Il se place devant le chef et ils se regardent droit dans les yeux. Si un des deux détourne les yeux, il a perdu. S'ils continuent à se fixer et qu'aucun ne veut s'éloigner, alors c'est la bagarre, la lutte pour le pouvoir.
Ma meute, c'est la famille dans laquelle je vis :
  • la hiérarchie doit s'établir,
  • le chef = les parents,
  • ensuite viennent les enfants,
  • ma place est tout en bas.

Dès son arrivée dans la famille, le chien doit être au bas de la hiérarchie. Si le chien est dominant, il va grogner et essayer de remettre en question cette hiérarchie. Les parents, qui sont les chefs, peuvent eux, regarder le chien dans les yeux, pas les petits enfants. Après 11-12 ans, l'enfant peut essayer de dominer le chien mais il doit toujours respecter les ordres du chef sinon le chien va être perturbé. (exemple : Le père dit au chien : "Va dans ton panier". L'enfant dit "Non, je veux encore jouer avec lui". Le chien ne saura plus qui est le chef et risque de ne plus obéir.

9) Ne me dérange pas quand je mange. Le contenu de ma gamelle m'appartient. Seul le chef, donc mon maître, peut m'enlever ma nourriture. Il doit me l'avoir appris quand je suis encore petit. Les enfants ne sont pas le chef et n'ont aucun droit à ma nourriture. Je risque de mordre si on y touche.

10) Quelques conseils. 
  • Si un chien vous mord, il ne faut pas bouger. Tirer aggraverait les dégâts. Il faut dominer sa douleur et sa peur, ne pas la montrer au chien, ne pas crier (ça l'exciterait encore davantage). Essayer de lui parler d'une voix grave afin de le calmer. 
  • On joue avec un chien, (corde, bâton, ...). Chacun tire de son côté. Ses dents s'approchent de la main pour mieux saisir l'objet, il arrive qu'il avance trop et peut attraper les doigts. Il faut lâcher l'objet. 
  • Ne jamais laisser un chien seul avec un enfant, quelque gentil que soit le toutou.
  • Quand un enfant joue avec un chien, s'assurer qu'il y a un adulte près de lui.
  • Le chien a une queue. Pour lui, c'est un moyen de communication. On appelle cela, le langage corporel. On peut comprendre les sentiments du chien grâce aux mouvements de cette queue et du reste du corps : attitude de chef, de soumission, invitation au jeu, etc.. Donc le chien a besoin de sa queue. Ne tirez donc pas sur la queue du chien, évitez de marcher dessus car elle est très sensible et la réaction peut être brutale! On a coupé la queue de certaines races. Cela fait du tort aux chiens qui ne peuvent, de ce fait, être compris par leurs congénères. Heureusement, maintenant, on commence à abolir cette coutume. 
  • Si, lors d'une promenade, votre chien tenu en laisse est attaqué par un autre, ne vous en mêlez pas. Il faut lâcher la laisse et s'écarter. Tout ce qu'un enfant peut faire c'est s'éloigner en appelant son chien.
 
ATTITUDE FACE À UN CHIEN INCONNU

Avant d'aborder l'attitude à avoir en face d'un chien inconnu, il convient de reconnaître les mimiques de menace émises par le chien afin de pouvoir agir en conséquence. Bien que la sélection artificielle exercée par l'homme ait modifié certaines caractéristiques physiques et comportementales et rendu ainsi les signaux moins clairs, la règle de base est d'observer l'attitude générale du chien pour appréhender sa motivation en tenant compte de tous les paramètres, pour autant que l'on sache les interpréter correctement.

Il est, par exemple, complètement erroné d'affirmer, ce que l'on entend souvent dire, que le fait de remuer la queue est le signe que Wolf est d'humeur joyeuse et amicale : remuer la queue pour un chien signifie simplement qu'il est excité. Pour connaître son humeur réelle en se basant simplement sur cet appendice, il faudrait prendre en considération la hauteur à laquelle il est tenu, son amplitude, ainsi que sa position au repos, tâche très ardue si l'on sait que cette position varie grandement en fonction des races.

En règle générale, un chien sûr de lui et prêt à défendre ce qu'il considère comme son droit tente de se faire le plus grand possible : corps raide, poils hérissés, queue en position plutôt haute, oreilles pointées vers l'avant, babines retroussées, regard fixe; le tout peut être accompagné d'aboiements et de grognements. Un chien peu sûr, mais pouvant néanmoins attaquer dans certaines circonstances, notamment s'il se trouve acculé, prend l'attitude inverse : corps ramassé, pattes fléchies, oreilles tournées vers l'arrière, queue en position basse, souvent plaquée sur ou entre les pattes arrières ou repliée sous le ventre, regard détourné. Bien entendu, cette catégorisation est grossière car l'animal est très souvent partagé entre deux motivations, par exemple, la peur et l'agressivité. Contrairement à ce que l'on pense souvent, un chien qui mord n'est pas toujours un chien dominant, non peureux ou vicieux; un chien de caractère timide qui se sent menacé est tout à fait capable de faire usage de ses crocs et peut provoquer parfois des blessures très graves.

Si le chien s'approche de lui-même mais semble présenter des signes de menace, il convient de rester le plus calme possible et de se laisser renifler; dans la plupart des cas, il va se contenter de prendre des informations à votre sujet (cela fait partie du rituel de salutation canine et peut être comparé à notre poignée de main). Ne le caressez en tout cas jamais dans la région de la tête et du dos car cela peut être ressenti comme un geste dominant (rappelant le geste du dominant qui pose sa patte ou sa tête sur le cou ou le dos de son congénère) et un chien de fort tempérament risque de ne pas apprécier une telle privauté; des caresses sur le poitrail sont nettement plus indiquées.

Il est impératif de se rappeler que les gestes brusques, les cris, les gesticulations incoordonnées risquent de provoquer des morsures. Il vaut mieux mettre les mains dans les poches pour éviter les mouvements inconsidérés (80% des morsures ont en effet lieu aux extrémités). Partir en courant est une très mauvaise idée car, dans une grande majorité des cas, cela déclenche une poursuite et peut stimuler l'instinct de chasse.

Si, de par votre profession, vous devez pénétrer en l'absence de ses maîtres dans une propriété dans laquelle se trouve un chien, il est préférable d'avertir le chien de votre venue en sonnant au portail. Si son attitude est menaçante, mieux vaut renoncer et avertir ses propriétaires de votre passage afin qu'ils prennent les dispositions adéquates. Quelquefois cependant, le chien ne se manifeste pas tout de suite, mais apparaît brusquement alors que l'humain se trouve déjà dans la propriété ou dans la maison.

A faire 

Nous pouvons distinguer grossièrement deux situations :

  • Le chien accule l'humain en grognant, tous crocs dehors : il est alors préférable de simuler l'attitude d'un chien dominé, attitude qui, il est utile de se le rappeler dans ces cas-là, inhibe l'agressivité de l'agresseur : diminuer sa taille en s'accroupissant, regarder dans la direction du chien mais un peu derrière lui et surtout ne jamais le fixer dans les yeux. En cas d'attaque, se protéger le visage de ses mains et en cas de morsure, ne jamais essayer de retirer le membre mordu de la gueule du chien - cela ne ferait que l'inciter à resserrer ses mâchoires avec encore plus de force. En réagissant de cette manière, les dégâts seront grandement limités. Se retirer le plus lentement possible, sans montrer de signes d'énervement; parler au chien d'une voix douce peut le calmer... Si cela vous défoule, vous pouvez d'ailleurs le traiter de tous les noms, pourvu que votre voix reste douce, il n'y verra que du feu...
    Dans certains cas, surtout si la personne est très sûre d'elle, donner l'ordre au chien de s'asseoir quand il se trouve en face d'elle peut faire des miracles. Cependant, vu l'effet Pygmalion, il est peu probable que le chien obéisse aux ordres s'ils sont émis avec des tremblements dans la voix et de nombreux micro-signaux indiquant la peur.
  • Le chien est peu sûr de lui mais considère l'intrus comme une menace : dans la majorité des cas, il ne l'affrontera pas de face, mais attendra qu'il ait le dos tourné pour lui attraper les mollets. Dans ce cas, il convient à nouveau de garder son calme, de se tourner pour faire face au chien en regardant dans sa direction, mais sans le fixer et de quitter la propriété en reculant.
    Si vous êtes poursuivi alors que vous faites du jogging ou du vélo, une seule parade : s'arrêter et rester immobile.
    Avoir dans sa poche des gadgets réputés aversifs peut s'avérer utile, seulement si de tels gadgets renforcent la confiance de l'homme car, testés sur le chien, ils provoquent diverses réactions suivant l'animal dont parfois une augmentation de l'agressivité.